Ce qui s’est passé 

Depuis des mois, j’ai déserté là blogosphère. Je n’ai plus lu vos billets. Je n’ai plus rien écrit. J’ai reçu vos petits messages réclamant de mes nouvelles, espérant que j’allais bien. Je n’ai pas répondu non plus, et je m’en excuse, j’en avais plus la force.

Alors voici un bref résumé… Nous avons vu le dr en Espagne, pour programmer une FIV DPI vers février. Bien que le RV se soit bien passé, j’ai été reprise de très fortes angoisses, comme à la fin de l’été. Nous avons revu le dr D pour le debrief. Trois jours après, je me suis faite opérée de mon endometriose. Nettoyée. Et j’ai sombré, en quelques jours. Plus capable de rien, de manger, de me laver, de dormir, je me réveillais à 4 heures du matin, rongée par l’angoisse. Je ne prenais plus de plaisir aux petites choses de la vie. Un naufrage. Alors j’ai décidée de me faire hospitalisée, je ne me reconnaissais plus. Au final, je suis restée 6 semaines hospitalisée, le temps de récupérer et de trouver le traitement qui me permet aujourd’hui de reprendre mon clavier. 

Et nous avons décidé de revenir sur Paris, pour un an ou deux, pour faciliter notre parcours PMA, et nous faire plaisir. Nous avons revu le dr D, qui au vu de mon nouveau résultat AMH qui a fortement chuté, nous a dit qu’il faut que nous nous attendions à faire plusieurs FIV en Espagne, pour avoir suffisamment de blasto à analyser… Car voyez vous, on ne peut tirer de conclusion sur un, deux, trois blastos…. Alors il n’y a plus qu’à espérer, contre toute attente, que nous ayons au moins 4 blastos à la prochaine FIV. Ou qu’elle marche, même avec un seul embryon.

Voilà mes chères copinautes, ce n’est pas la joie, je ne suis toujours pas pleinement sortie de cette dépression sévère, mais cela va mieux. Vivement que mon cerveau secrète de nouveau suffisamment de serotonine…. Car c’est cela une vraie dépression…. On ne secrète plus cette molécule. Alors on compense avec des anti dépresseurs et des anxiolytiques pour nous apaiser. 

Je vous remercie encore de tous vos petits messages chaleureux…

Court-circuit 💥

J’ai déserté là blogosphère un bon moment, pas seulement à cause des vacances, j’ai pété un plomb. Un vrai, je ne l’ai pas vu venir. A la fin des vacances, qui auraient dû, je le pensais naïvement, m’apporter sérénité et repos, j’ai eu eu une crise de panique aiguë, causée par une pulsion suicidaire. Envie de me foutre en l’air, comme ça, d’un coup. Plus le goût de rien. Cette envie forte m’a fait extremement peur, d’où la crise de panique. Une angoisse intense. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait, plus rien de rationnel dans ma tête. J’ai demandé à mon mari de m’emmener aux urgences psy. Et les larmes ont enfin coulé à flots, moi qui ne pleurais plus depuis des mois, des années, malgré les echecs qui se sont succédés.

Le psychiatre m’a aidée à comprendre ce qui m’est arrivé. Je me suis retrouvée face à une réalité qui m’est devenue insupportable. Elle s’est matérialisée par cette pulsion. Je ne suis donc pas suicidaire selon lui. Mais il faut que je prenne soin de moi, que je cultive des petits plaisirs, que je fasse attention à ne pas perdre de poids. A ne pas tomber en dépression pour résumer. Il est vrai aussi que la prise de Lutera* n’aide pas à se sentir joyeux non plus. Je prends donc un anxiolytique pour passer le cap, moi qui suis plutôt contre, mais ça va mieux. Et puis dorénavant j’aurai un soutien psy pour mieux vivre notre parcours Pma. Je me sens encore fragile, j’ai du mal à écrire ces quelques lignes qui me replongent dans cet épisode affreux de ma vie.

Alors je n’ai pas eu la force de vous lire, de vous encourager, de vous réconforter. J’en suis désolée…

En rentrant, j’ai eu aussi une hysteroscopie, sous lutera*. Avec la grande spécialiste de cet examen sur Paris. Elle n’a jamais eu autant de mal à passer le col d’une patiente, le pire examen de ma vie et de sa vie. Pourtant j’en avais déjà eu une une qui s’était passée sans aucun problème. La faute au Lutera*, mais aussi aux transferts d’embryons difficiles dans ma première Pma, qui ont laissé des cicatrices (ils m’ont bien abîmée là-bas…). Je suis tombée dans les pommes sur la table, elle a dû me gifler une dizaine de fois. Elle était désolée la pauvre. Bref, je vais peut être avoir une dilatation du col pour la suite.

Mais dans un petit mois, nous serons en Espagne pour notre premier rendez vous pour la FIV DGP. Et d’ici là, je me retape, tout doux, aux côtés de mon mari.

Une douce pensée pour vous les filles… Et en particulier pour Pimprenelle, Poko, Kikou, Charlie, Pénélope…

Zéro accroche : la fin du mystère ?

Nous avons vous eu notre 1er RV avec notre nouveau doc. Pour résumer notre cas, nous avons toujours de beaux embryons, qu’ils soient blastos ou plus jeunes. Certes j’ai de l’endometriose, quelques cellules NK. Mais quand même. Le spermo de monsieur n’est pas topissime. Mais quand même.

Alors il existe une solution, pour savoir si nos embryons, en dépit d’un bel aspect, ne seraient pas à l’origine du problème. Et si ce n’est pas le cas, nous pourrions en déduire que mon utérus est à l’origine de notre parcours laborieux, et dans ce cas, il y aurait encore des choses à faire.

La FIV ICSI-DGP/SGP permettrait donc de lever le mystère du zéro accroche. Ha vous ne la connaissiez pas celle là?! Et pour cause, on ne peut pas réaliser cette technique en France. Il s’agit d’une analyse génétique de nos embryons, réalisée sur environ 200 gènes. 

Entre temps, monsieur a eu une écho scrotale, et roulement de tambour…. Deux varicoceles. On en auraient presque pleuré de joie. Bizarre, mais enfin quelque chose qu’on peut traiter facilement avec une petite intervention. Alors pourquoi découvre t-on cela apres des années de PMA? Elle est vraiment redondante cette question sur nos blogs… 

La rentrée va donc etre chargée, avec l’opération pour monsieur, des examens complémentaires programmés, et la FIV d’ici la fin de l’année, peut être. En tout cas, notre nouveau doc n’a pas tiqué sur la réserve ovarienne, hiiiii haaaa ! 

D’ici là, j’espère que mes résultats de prise de sang pour le bilan de fausse couche (je n’en ai jamais eu, mais c’est dans l’éventualité de FC très précoces, non décelées) sera ok… 

En attendant, je suis sous lutera* pendant 4 mois, pour sécher l’endometriose. Enfin un doc qui comprend que vivre avec des endométriomes, c’est très douloureux. Arrffff. Et puis mon corps devrait être plus zen pour la prochaine tentative.

Vous l’aurez compris, on est reboosté. J’en profite pour vous souhaiter à toutes de jolies vacances 😘

Les yeux secs

Parce qu’ils ont déjà trop pleuré, y’a plus rien qui sort depuis quelques temps déjà. J’ai vécu cette 5ème FIV IMSI en sous marin, cette fois ci, je n’ai rien écrit, par superstition peut être, cela n’a rien changé. Un beau négatif dans nos têtes, en fin d’après midi.

Le protocole avec blocage à j1 à quelque peu défavorisé la recolte ovarienne ce coup, seulement 6 ovocytes, lesquels ont donné 4 embryons, puis quand même 2 jolis blastos expansés et transférés. Un bon ratio. Un traitement de choc, mais toujours rien, pas l’ombre d’une accroche. Après avoir raccroché d’avec mon chéri, seul à digérer la nouvelle a 8000 km, je me suis lancée dans la préparation de notre dossier pour le dr D fin juillet. Tout y est, j’ai le cœur qui se serre quand je relis les compte-rendus de mes 3 1ères FIV foireuses dans le notre 1er centre. Je n’y avais pas prêté attention à l’époque, mais on m’avait transféré principalement que des j2, d’après des études, ces jeunes embryons n’ont que 10 à 15% de chances de se nider. Et j’en passe. Mais je cesse là de casser du sucre sur eux, parce qu’après tout, malgré les 8 blastos transférés dans mon 2nd centre, le résultat final n’a pas changé.

Alors que faire maintenant, sinon continuer, avec l’énergie du désespoir. Une 6eme FIV probablement, sans trop y croire, juste parce qu’on se dit que les 3 premières comptent pour du beurre. Nous avons confiance en notre doc actuel, je dois le voir mercredi pour debreifer. Et fin juillet, le dr D, de laquelle on espère vraiment une approche pour l’après transfert. En relisant mon compte rendu de Mlab, j’ai tilté sur un recoupement d’info : le prélèvement a été fait à j21, mais la muqueuse, apres examen, correspondait à un j15-j16, ce qui voudrait peut être dire que les transferts me sont faits trop tôt, peut être faudrait-il privilégier les Tecs aux embryons frais. Peut être que je vais devoir faire le win test finalement.

Et cette fichue endométriose qui me fait mal. Inopérable pour l’instant pour ne pas endommager ma réserve ovarienne. Et le taux de fragmentation de chéri… Près de 26% en relisant ses examens plus tôt, cela paraît élevé non? Mais l’IMSI est faite pour contrer cela…

Pour celles qui connaissent dr D, quels sont les examens sanguins et autres dont elle a besoin?

Les filles, vous feriez quoi à ma place?  Si quelques unes d’entre vous parviennent à trouver des liens sur le net racontant des témoignages de femmes qui ont fini par être enceinte sans recours au don malgré des echecs nombreux de nidation…. N’hésitez pas à me les donner… Car je n’y crois plus beaucoup… 😔

Dans les starting-blocks

Quoi de neuf ? Et bien la perspective d’une nouvelle FIV très vite, une 5ème, début juin, avec blocage préalable à j1, imminent. Je devrais dire une 4ème FIV en fait, car à la 2ème, je n’ai pas eu de transfert d’embryon frais, le doc n’a pas réussi (le naze). Et du coup, il semblerait que pour la sécu, cette 2eme FIV ne soit pas comptabilisée… Ce n’est pas encore confirmé, mais la conseillère que j’ai eu au téléphone était très optimiste. 

Qu’est ce qu’on va faire différemment cette fois-ci?  

  • On va essayer de passer en IMSI, pour se donner plus de chances, notre dossier va être étudié par l’équipe. 
  • J’ai abordé le nombre d’embryons à transférer. Pourquoi pas 3 au lieu de 2? Doc est pas contre, nous en discuterons le jour du transfert en fonction de la récolte. 
  • J’ai pris RV avec une ostéo, qui fait aussi de l’hypnose : elle s’intéresse autant au corps qu’à l’esprit, et est spécialiste de l’accompagnement en Pma et de l’endo.
  • Le traitement d’oligo-éléments Nutri Endo 1 et 2 (très récent), cette combinaison semble donner d’excellents résultats, je vais le commencer très vite. Il coûte la peau des fesses. Il paraît qu’il réduit les douleurs liées à l’endometriose de 75 à 100% des femmes qui l’ont essayé, voire réduirait un peu les foyers d’endométriose. Voici le lien des témoignages pour celles que cela intéresse : Témoignages Nutri Endo
  • Pour le protocole de stim, je ne l’a pas encore, mais probablement menopu*, luveri*, traitement Mlab puisque cela marche bien pour moi jusqu’à présent. J’espère que j’aurai encore de la progestérone en IM pour soutenir l’après transfert, ou quelque chose en tout cas, car c’est vraiment à ce stade que tout foire pour nous…

En attendant, j’ai hâte de faire ma piqure de decap et de rentrer un petit peu chez moi !!!!

Ps: on a pris RV avec le dr D. fin juillet au cas où, pour avoir un deuxième avis de grand ponte 😉.

Point de miracle

HCG < 2 

Comme d’habitude. Voilà qui clôture cette 4eme FIV et ses 6 jolis blastos. Petit point positif, je n’ai pas à attendre longtemps mon RV avec notre spécialiste : je le vois demain,son cabinet m’a rappelée super vite cet après midi. Au moins je ne me sens pas seule de ce point de vue. Y’a pas à dire, mon centre est top. De quoi va t-on discuter? Reprenons un peu mon Agenda… Une 5ème FIV donc, je suis tentée cette fois de passer à l’IMSI à la place de l’ICSI, de prendre un bloquant d’ici le protocole pour stopper mes endométriomes. Et puis on doit débriefer mon IRM, et la dernière écho qui ont montré une petite masse près de l’ovaire droit. Je n’y pensais plus à celle-là. Et puis préparer un petit saut aux États Unis pour voir ce qu’on propose là-bas. On aurait dû y aller en mai, j’ai procrastiné, espérant que nous n’en aurions pas besoin.

Comment je me sens? Un peu vidée, je ne réalise pas trop. Pas une larmiche, rien. En fait, plus le temps passe et moins j’y crois. Ou un brin cynique. Franchement, avec un tel profil, zéro accroche après tant d’essais, vous en connaissez beaucoup pour qui cela a finit par marcher?

Alea jacta est

Le transfert des deux derniers blastos au frais s’est fait lundi dernier. Déroulement parfait, un costaud B4BB et un jeune B1. La prise de sang est demain. C’est passé vite. Pour une fois. Mais depuis hier matin, le temps a commencé à se distendre, la gorge se serre petit à petit. J’ai eu neuf jours pour caresser l’espoir, très timidement, que cette tentative pourrait marcher. Ne m’en reste qu’un avant le retour à la case départ. Pas l’ombre d’un symptôme. Ô nausées ! Ô seins qui piquent ! Ô dame nature ennemie ! N’ai-je donc tant vécu que pour un énième échec?

Actualisé – Besoin d’avis! Vite !

Réponse à ma question ci-dessous : dixit ma gynéco « c’est normal, tant mieux même ». Je n’ai pas plus de détails, c’est sa secrétaire qui m’a donné le message. Me voilà rassurée ! Merci à vous toutes de vous être penchées sur cette bizarrerie !

—————————————————

Les filles, pour résumer rapidement :

– j’avais fait une piqûre de décapeptyl 3mg à j1

– contrôle écho à j21 et PDS œstrogène trop élevée

– j22 à j24 le taux avait augmenté encore

-j27 ponction d’un kyste fonctionnel pour permettre de continuer le protocole TEC artificiel

– j28 taux œstrogènes encore augmenté malgré la ponction

– j30 une nouvelle piqure de décapeptyl 3mg pour blocage (c’était jeudi dernier) en vue d’un contrôle écho le 6 avril pour démarrer traitement Provames pour TEC

– j36, aujourd’hui : premières pertes de sang, mes règles arrivent je pense, ce n’est pas franc mais douleurs caractéristiques.

Ma question : je ne m’attendais pas à avoir mes règles, c’est normal? J’ai téléphoné à la gynéco mais elle n’est dispo qu’en fin d’après midi… Je cogite….

La poisse continue

Décidément, quand ça veut pas, ça veut pas. Mon taux d’oestrogenes est monté à 264 aujourd’hui, malgré la ponction du kyste hier. Du coup, je dois refaire une piqûre de décapeptyl 3mg, et retourner voir la doc dans un peu plus de deux semaines. D’ici là, j’espère que le kyste ne reviendra pas… Gros doute. Vous pensez bien que la perspective d’une nouvelle ponction de kyste ne m’enchante guère. D’ici là, je retourne chez moi retrouver mon mari, pour revenir en France sous peu donc. A défaut de montagne, je retrouve le soleil et la chaleur.  Putai* quelle poisse quand même. 

Pas d’AL donc.

D’abord je voulais vous remercier toutes pour tous vos messages, qui me font si chaud au cœur…  C’est quand même une incroyable communauté qu’on forme les filles…. Je n’aurais jamais imaginé trouver autant de soutien sur la blogo ❤️. 
Pour ce matin, Je ne vais pas vous mentir, la ponction du kyste ne fut pas une partie de plaisir. Ceci dit, une affaire de 5min en tout, dont 20 secondes pour l’aspiration du kyste. Qui était à droite, cool. C’est franchement super douloureux, heureusement que cela ne dure pas plus longtemps. Top mon doc, beaucoup d’empathie, comme les deux infirmières, adorables. Par contre pas d’AL, pas d’antidouleurs (j’ai été prise au dépourvue : dès que je suis arrivée direct en salle de ponction), pas de calmant. J’ai vite avalée un doli après, je ne pouvais plus marcher, c’est con. 
Bon maintenant j’ai des douleurs post ponction assez intenses, ça devrait passer vite. Vous connaissez sûrement l’après ponction d’ovocytes, lorsqu’on marche un peu pliée pour aller à la voiture? Bah là c’est un peu pareil, sauf que c’est pour un con de kyste.

Voilà, prise de sang demain matin, qui j’espère confirmera le début de Provames et compagnie pour deux semaines. Et comme je n’ai pas de piqure ou de contrôle pendant ces deux semaines (normalement),bah je crois que je vais me tailler à la montagne, voilà.