# En parler autour de soi… ou pas ?

Évidemment, un parcours en PMA c’est assez difficile de le garder pour soi du côté de la famille, du travail, des amis.

Au boulot c’est difficile parce que d’un point de vue pratique, on doit pouvoir justifier d’absences pour des RV médicaux au jour le jour. Pour moi, devant rentrer en France à chaque tentative, avec un trajet de plusieurs heures en avion, j’étais bien obligée de mettre mon boss dans la confidence. J’ai eu de la chance, il est compréhensif. Mais les années passant, je dois bien dire que l’enthousiasme que je mettais dans mon job a diminué, mon énergie étant concentrée au max sur mon désir de bébé. C’est purement injuste, pourquoi n’aurais-je pu continuer à m’investir pleinement dans mon job et avoir une famille comme tant d’autres?

Avec la famille, c’est difficile aussi même si elle nous soutient. Nos parents et frères et soeurs le savent, et de temps en temps de la famille plus éloignée est mise au courant, parce que lorsqu’on demande à nos parents pourquoi on n’a pas d’enfants, ils doivent bien répondre quelque chose. CA M’ENERVE!!!! cela me rend triste parce que nos difficultés ne regardent que nous et qu’il devrait nous appartenir le choix de le dire à telle ou telle personne, et parce que je ne veux pas qu’on nous résume qu’à un couple qui n’arrive pas avoir d’enfant. Et je n’ai pas envie qu’on nous plaigne. Et je ne veux pas qu’on se sente gêné de parler de grossesse devant nous.

Mais faut-il pour autant cacher nos difficultés? il serait temps de les assumer vis à vis des autres non? c’est ce que pense mon mari, je crois qu’il a raison, mais le sujet me fait trop souffrir. j’ai pas envie. Il y a quelques jours, un viel oncle de la famille a demandé « alors elle n’arrive toujours pas à faire son petit? » (en passant, j’adore la formule « son petit »…) ARRRRGGGGHHHHH ça m’a plombé le moral pour plusieurs jours, c’est con, j’étais en vacances, j’étais sereine, mes problèmes oubliés pour un temps. C’est pour éviter ça que je ne veux pas en parler.

Avec les amis? Pour le coup, pouvoir partager ce fardeau avec mes amies les plus proches c’est génial. Elles sont très pragmatiques, je les informe de mes pérégrinations, et ce n’est pas notre sujet principal de conversation, et c’est tant mieux.

Publicités

3 réflexions sur “# En parler autour de soi… ou pas ?

  1. Nous à force qu’on nous demande « et vs c’est pq? » j’en ai eu marre, et j’ai décidé de dire ouvertement à la famille et aux amis qu’on avait difficile. Ceux qui me posaient plus de questions, je leur répondais (en général ceux qui veulent en savoir plus sur notre parcours, le font vraiment par gentillesse). Et à force de parler avec les gens tu te rends vite compte que bcp ont eu des difficultés ou connaissent qqun qui en rencontre. Du coup maintenant, aux réunions de famille on nous laisse tranquilles c’est un avantage. bisous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s